Côte d’Ivoire

Differentiated Service Delivery in Côte d’Ivoire

View in French

As Côte d’Ivoire approved the Test and Start approach to HIV treatment, the number of people eligible for antiretroviral therapy (ART) increased significantly. In response, Côte d’Ivoire’s National Program for the Fight Against HIV (Programme National de Lutte contre le SIDA – PNLS), in collaboration with PEPFAR implementing partners, proposed appointment spacing for ART pickups and clinical visits as a facility-based differentiated care model for stable adult and pediatric patients.

Stable patients attending health care facilities have the option to switch to individual, facility-based, three-monthly refills (with alternate refill visits being Fast Track), or through patient-support groups (adherence clubs), managed by community counselors and social assistants at health facilities. They also receive twice-yearly clinical evaluations with a medical doctor. These approaches are being rolled out and scaled up nationwide.

As Cote d’Ivoire seeks to increase ART coverage for those in need, PNLS is considering developing community-based differentiated care models, especially for patients living in remote areas where access to health facilities is difficult.

Learn about ICAP’s broader portfolio of work in Côte d’Ivoire.

 


La prestation de services différenciés en Côte d’Ivoire

Suite à l’approbation de l’approche « Tester et Traiter Tous » du traitement du VIH en Côte d’Ivoire, le nombre de personnes éligibles au TARV a considérablement augmenté. Face à cela, le Programme National de Lutte contre le sida (PNLS), en collaboration avec les partenaires de mise en œuvre du PEPFAR, a proposé un espacement de la dispensation du TARV et des visites cliniques, comme modèle de soins différenciés dans les établissements sanitaires pour les patients adultes et pédiatriques stables.

Les patients stables suivis dans un établissement de santé ont le choix de passer à des renouvellements d’ordonnance trimestriels avec des visites individuelles rapides pour la dispensation des ARV par les conseillers communautaires ou les assistants sociaux, ou à travers la participation à des groupes de soutien . Ces patients sont évalués cliniquement tous les semestries par un médecin. Ces approches sont pour le moment en cours de passage à échelle au niveau nationale.

Face à la volonté de la Côte d’Ivoire d’augmenter la couverture du TARV pour les personnes infectées par le VIH , le PNLS envisage de développer des modèles de soins différenciés au sein des communautés, notamment pour les patients vivant dans des zones éloignées pour lesquels l’accès aux établissements de santé est difficile.

En savoir plus sur les activités de l’ICAP en Côte d’Ivoire.